Le Miracle c’est nous, osons le changement

                                                

Le Miracle de la vie…wahou, ça c’est un miracle, oui la vie est un miracle permanent si nous savons voir, écouter, sentir, goûter, comprendre, attendre, partager, dire, se réjouir et remercier.

Peut-être en oublie-je mais pour ma part je mets ceci en pratique chaque jour et la vie me le rend bien. Chaque jour a son lot, de découvertes, de surprises et d’enseignements si vous avez décidé de mettre de la conscience sur vos pas. Mais bien sûr je ne vous dis pas que dès que je suis née La Source d’Amour a coulé en moi sans jamais s’arrêter.

Ben non ça ne s’est pas déroulé ainsi !

Je suis d’une génération où nos parents ne nous déclaraient pas leur amour avec des mots ou des gestes. J’ai poussé toute seule dans mon coin, ma mère étant accaparée par mon frère très remuant, mon père était absent même présent puisqu’il ne prenait aucune décision…je me suis sentie abandonnée toute mon enfance et cette blessure a perduré tellement longtemps…

La blessure d’abandon qui a généré une dépendance affective chronique et a orienté une bonne partie de ma vie, me poussant à des rencontres qui prouvaient chaque jour mon manque d’amour de moi. Les années sont passées à vive allure et aujourd’hui je vous partage un peu de moi avec joie, je sais que certain(e)s pourront se reconnaitre dans mon parcours. Je me suis séparée du père de ma fille aînée, que j’avais connu à l’âge de 18 ans, elle avait 2 ans et demi, il était violent, s’est mis à boire fréquemment et la relation avec lui était devenue un enfer puisqu’il me frappait et m’insultait. Je suis restée trois ans seule avec ma petite fille jusqu’à ma rencontre avec le père de ma deuxième fille avec lequel je suis restée 22 ans dont 20 ans de mariage.J’ai vécu plusieurs infidélités de sa part, beaucoup d’absences et de manque d’écoute qui m’ont amenés à le quitter il y a 8 ans.

J’ai commencé ma vie professionnelle en choisissant d’évoluer dans le milieu hospitalier comme auxiliaire puéricultrice et aide-soignante , depuis toute jeune je sentais au fond de moi cet appel vers l’humain , vers l’autre, juste pouvoir apporter du réconfort, un mieux-être à un patient qu’il soit enfant ou adulte me procurait un profond sentiment de bien-être. A l’époque je vivais à Lyon, je suis restée une dizaine d’années dans différents services de grands hôpitaux ou cliniques de la ville , travaillant souvent en intérim par choix du changement, du renouvellement permanent , pour éviter la routine car j’avoue que j’aime découvrir des choses nouvelles, des techniques différentes et rencontrer de nouvelles personnes.

J’ai fais la connaissance de mon ex-mari dans le tourbillon de ma vie qui se déroulait entre ma fille, mon activité professionnelle et ma vie sociale assez riche car j’ai toujours été une communicante. J’ai décidé de le suivre pour m’installer dans la région de Montpellier avec nos enfants respectifs. Il avait la garde de ses deux enfants adolescents, je me suis retrouvée rapidement dans un autre tourbillon, familial celui-là, surtout que nous avons eu notre fille assez rapidement. J’avais cessé toute activité professionnelle par choix pour être présente pour mes filles et j’ai, les premières années , pris un grand plaisir à cette nouvelle vie, cette disponibilité permanente pour elles.

Sauf que après de multiples déménagements pour la carrière de mon ex mari , des enfants, adulte pour l’une et adolescente pour l’autre, j’ai commencé à me recentrer sur mes envies, à faire le bilan de ma vie, de mon couple et là…aï aï aï ( le résumé est très très rapide car juste avant mon divorce ma vie c’était un peu Dallas, Les Feux de l’amour et Amour, Gloire et Beauté réunis…non pas que je regardais ces feuilletons, du tout, mais chaque semaine je découvrais quelque chose de nouveau qui surgissait dans ma vie pour la compliquer encore plus ).

Je me suis tellement recentrée sur mes envies, sur mes intentions, sur moi que j’ai décidé de quitter mon mari et un an après je demandais le divorce. J’ai quand même hésité pendant deux ans, et préféré attendre que ma plus jeune fille soit majeure pour qu’elle ne soit pas au milieu car le divorce a été difficile, il a duré 2 ans, je m’en doutais puisque je connaissais la personnalité de mon ex mari, très très bien. Mon hésitation venait aussi du fait que j’avais 47 ans, pas de travail mais mon désir de me réaliser a été plus fort que mes peurs, j’ai foncé sans retour en arrière, sans jamais un regret.

J’ai décidé de m’installer à la campagne, la nature est devenue ma meilleure source de développement personnel, tous les jours pendant 2 ans j’ai marché, exploré les chemins, parlé aux arbres, interrogé le ciel, les nuages, les étoiles, les fleurs, le vent, la pluie… Ma seule compagnie était ma chienne Danaé, fidèle, discrète, douce, elle m’a suivie, consolée quand j’étais triste, s’est réjouie avec moi quand la joie était là.

Deux ans de communication profonde avec moi-même et avec mon si bel environnement, un village de 500 habitants, dans les vignes du Pic Saint-Loup à 30 kilomètres de Montpellier, une épicerie et c’est tout…Le bonheur pour moi…ce silence, cet espace, cette beauté et là petit à petit tout a émergé, tout est revenu en lumière, tout ce que j’avais en moi depuis toujours mais que j’avais laissé s’éteindre pour vivre la vie de mon mari, la vie de mes enfants…

Je n’accuse personne, je suis la seule responsable.

Toute cette joie de vivre, cette puissance de vie, cet élan qui me pousse chaque jour en avant vers le meilleur, toute ma créativité, tout est devenu évident, j’étais toujours la même qu’à mes 17 ans, j’avais juste perdu la connexion avec cette Corinne là, celle qui voulait être heureuse…tout simplement. A partir de là j’ai su qui je voulais être, ce que je voulais faire, je me suis fais accompagnée par différents thérapeutes, j’ai découvert mon immense intérêt pour l’hypnose et les secrets de l’inconscient, je me suis formée pendant plusieurs années à différents outils comme l’EFT, le Scan thérapeutique et je continue encore à explorer.

Depuis toujours je suis dans une recherche de compréhension et d’élévation, j’avance dans ma vie en conscience petit pas par petit pas car je respecte mon rythme, j’écoute ce que la vie a à me dire…elle a beaucoup à me dire, à m’enseigner, elle n’est pas toujours tendre avec moi quand je ne sais pas l’écouter mais chaque fois que je suis centrée, alignée, c’est à dire sur mon chemin, en connexion avec mon essence profonde, alors tout est fluide. Le chemin a été long pour arriver à vous écrire, à me raconter là sur mon blog, j’ai eu de grands moments de joie, des moments de profonde tristesse, de doutes, de fatigue, des peurs, d’ailleurs j’ai eu un accident de moto et me suis fracturée l’épaule droite tellement j’avais peur de me lancer professionnellement.

Je ne crois pas au hasard et même si c’est un chien qui m’a déséquilibrée et a provoqué ma chute, je sais que j’ai attiré cet événement inconsciemment car j’avais peur de m’installer comme coach, au tout début de ma pratique, je ne me sentais pas légitime à l’époque. J’avais tellement peur…toute mon enfance ma mère m’avait renvoyée une image de moi très dévalorisante. Au lieu de m’autoriser consciemment à faire une pause car financièrement je le pouvais, non…je me suis fais violence et boum…accident !

Evidemment si je vous confie tout ça c’est que je sais que pour certain(e)s le parcours jusqu’à la concrétisation de leur projet peut sembler long, voir épuisant et parfois le renoncement est proche, les doutes sont là, les interrogations, je sais ce que c’est. J’aurai aimé pouvoir dès le début être accompagnée par les bonnes personnes pour moi à ce moment-là mais j’ai du chercher toute seule, non pas que certains ou certaines n’étaient pas compétents, non ils n’étaient pas en résonance avec là où j’en étais dans mon présent, mais j’ai fini par rencontrer les personnes qui m’ont aidée à comprendre qui je suis, à l’accueillir et à le vivre.

Mais la plus grande prise de conscience a été que je suis créatrice de tout ce que j’ai vécu, qu’à partir du jour où j’ai repris les rênes de ma vie je me suis positionnée comme responsable et non victime des situations dans lesquelles je m’engageais.

Alors oui c’est tout un chemin pour parvenir à guérir de nos blessures et laisser vivre en nous notre source d’amour inconditionnel pour nous-même. Un chemin caillouteux, un chemin avec des virages à 180 degrés parfois et d’autres fois quelques petits pas, des stops aussi, de grosses interrogations, des incertitudes, parfois des insomnies, avec des visites de notre part d’ombre, des émotions enfouies qui ressurgissent…mais quelle Liberté quand le Merveilleux se réveille. 

Quelle beauté, quel enthousiasme, quelle joie dans nos vies quand enfin nous laissons vivre la Personne que nous sommes dans toute son authenticité, dans tous les espaces de sa vie. Evidemment il y a encore parfois des moments de peur, de doutes mais si nous vivons le présent nous sommes à chaque fois connectés à l’essentiel…la peur, le doute vient toujours du passé, la petite-fille, le petit garçon qui revit le rejet ou l’abandon ou la trahison ou l’humiliation, ou l’injustice. 

Au moment présent je n’ai aucun problème, je suis l’adulte qui crée sa vie et c’est moi qui décide ! La créatrice ou le créateur génial est là en chacun de nous, et c’est une nouvelle fantastique car il n’y a aucune fatalité, la chance n’existe pas puisque c’est nous qui la créons. 

Nous sommes l’Univers, il est en nous, nous sommes notre propre Miracle.

A partir du moment où je me suis ouverte à tous les possibles ma vie a changé, j’ai reconnecté avec les capacités que j’avais petite-fille de recevoir des messages du monde subtil, je suis clairaudiente et clairvoyante, j’ai des images et des mots qui arrivent naturellement à moi car mon coeur a accueilli la Grande Corinne que je suis. La connexion est depuis complètement ouverte pourtant j’avais tout fermé vers l’adolescence, j’avais même oublié ces capacités, c’est l’ouverture de mon coeur, l’accueil de qui je suis qui m’ont poussé à sortir de ma zone de confort pour oser Être. Nous avons tous les mêmes capacités, je m’entraine maintenant chaque jour pour les développer encore plus et c’est fabuleux, à partir du moment où je ne me donne pas de limite de nouvelles capacités apparaissent.

J’adore ma vie, même quand j’ai le blues, même quand je suis triste car je sais que je suis libre de tout changer à chaque instant. On nous parle souvent de la Loi d’attraction en montrant le côté lumineux, mais elle fonctionne à tout moment pour attirer à nous ce que nous pensons, ce que nous disons, ce que nous émettons comme énergie.

Soyons simplement dans la vigilance d’une volonté de bienveillance vis à vis de nous-même, c’est déjà un grand pas pour créer une vie plus douce… Aujourd’hui j’aime la personne que je suis, avec sa Lumière et avec sa part d’ombre, je ne cherche pas à être parfaite, je pose un regard bienveillant sur tout mon parcours car il m’a permis d’être celle que je suis. Je suis encore en route pour évoluer vers plus d’harmonie, je me détache du résultat car je vis le présent dans toute sa plénitude.

Vous qui lisez ces lignes je vous encourage à sortir de votre zone de confort car c’est la seule façon d’évoluer.

Je vous joins deux citations D’Albert Einstein qui résument mon propos.

 « La folie c’est de se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent » 

« Il n’y a que deux façons de vivre sa vie : l’une en faisant comme si rien n’était un miracle et l’autre en faisant comme si tout était un miracle »